Enseigne carotte tabac

Pourquoi les bureaux de tabac ont-ils pour emblème une « carotte » rouge ?

Carotte à tabac

C’est à Jean Nicot, ambassadeur de France au Portugal, où était cultivé le tabac pour ses vertus médicinales, que l’on doit son introduction en France en 1561. Pour soulager les migraines du fils de Catherine de Médicis, François II, Jean Nicot lui envoie des feuilles de tabac râpées.

Le tabac se nomme alors « petun », « herbe à la reine » ou encore « catherinaire », « herbe à Nicot », « plante sacrée », « herbe de tous les maux ». À cette époque, il est prisé ou bu en tisane et la vente en est exclusivement réservée aux apothicaires.

Certains s’opposent à sa consommation en l’associant au domaine de la sorcellerie. C’est ainsi que les papes Urbain II en 1590 et Urbain VIII en 1642 menacent d’excommunication les fumeurs de tabac.

Notez que c’est à cette époque, en 1637, que la première plantation de tabac voit le jour à Clairac, petite commune du lot et Garonne.

Puis, en 1674, Colbert fait de la fabrication et de la vente du tabac un monopole royal. Les premières manufactures de tabac sont ainsi créées. Le monopole est supprimé lors de la révolution de 1789, mais rétabli par Napoléon Ier en 1810 avec la création d’une régie d’État.

Exception européenne, le monopole français sur la vente au détail du tabac subsiste encore de nos jours.

Les débits de tabac appelés aussi bureaux ou civettes

Le premier débit connu, « la civette », qui portait le nom d’un petit rongeur dont le musc était apprécié en parfumerie, remonte à 1716.

Ces commerces étaient parfois signalés par une statue de Turc fumant le chibouque, ou par une « carotte ».

L’enseigne des débits de tabac : la fameuse carotte rouge

La carotte est une enseigne rouge que l’on trouve en façade des débits de tabac. Il s’agit d’une obligation légale depuis 1906.

C’est une évocation de la vente du tabac telle qu’elle se faisait au XVIe siècle. En effet, le tabac était vendu en feuilles que l’on mâchait ou que l’on fumait. Ces feuilles n’étaient pas rassemblées en paquets, mais en petits rouleaux ficelés (qui devaient être râpés aux extrémités), ressemblant à des carottes.

Depuis, l’usage du tabac, désormais tassé dans des cigares ou des cigarettes, a changé, mais le symbole est resté.

L’inscription « TABAC » apposé en façade de l’établissement est aussi une obligation.

Laisser un commentaire