Ingénieurs en rupture de ban, traders devenus militants écologistes, hauts fonctionnaires infiltrés, ex-communicants s’improvisant néo-zadistes… On ne compte plus les exemples de cadres sup’ qui, contre toute attente et souvent avec fracas, rompent avec la trajectoire dorée sur laquelle leurs brillantes études les avaient placés, parfois par refus de parvenir. Animée par une perte de sens professionnelle, une déréliction face aux périls climatiques ou un sentiment d’injustice sociale, ce bloc rebelle peut-il jouer aujourd’hui un rôle historique, comme jadis la petite-bourgeoisie et le prolétariat avaient su s’unir contre le pouvoir en place ? Ou ne porte-il en bandoulière que les aspirations d’une classe frustrée, désireuse d’agir dans son propre intérêt ? Dans ce dossier, Socialter examine les raisons, les modalités, l’ampleur et les possibilités de la révolte des CSP+.
Socialter n°46 est disponible dans votre Tabac Presse « Le Week-End » de Bordeaux Saint-Michel

Laisser un commentaire