Brassaï, c’est le nom que s’est choisi à Paris le Hongrois Gyula Halász pour signer ses premiers tirages, en hommage à son village natal de Brassó, dans les Carpates.
Celui que rien ne destinait à la photographie y arrive sur le tard, d’abord pour illustrer ses articles – il écrit pour des journaux hongrois et allemands -, puis pour immortaliser les nuits parisiennes qui le fascinent. Dans les ruelles sombres, les cafés, les bals, les maisons closes, Brassaï, « l’oeil vivant » de la photographie comme l’a si bien qualifié son ami l’écrivain Henry Miller, traque la beauté partout. À l’aise dans les soirées mondaines comme dans les bals populaires, fréquentant les artistes de Montparnasse et les canailles du quartier Italie, il a fixé pour l’éternité le Paris fiévreux des années trente.
Pour autant, Brassaï ne saurait être réduit à ces instantanés du Paname interlope. Comme on le sait, son objectif se braque aussi sur les travailleurs qui exercent, comme il le dit lui-même, des « petits métiers », sur les graffitis qui dévorent les murs de la capitale et qu’il élève au rang d’oeuvres d’art, ou sur ses amis peintres, poètes, sculpteurs et écrivains.
Enfin, des photographies choisies parmi les archives familiales présentent une facette moins connue de Brassaï, qui a voyagé pour la presse internationale aux États-Unis, au Maroc, en Espagne… Des images rares, dont certaines sont ici rééditées pour la première fois depuis plusieurs décennies.

A noter : l’intégralité des bénéfices sont reversés à Reporters Sans Frontières.

« Brassaï : 100 photos pour la liberté de la presse » est disponible dans votre Tabac Presse « Le Week-End » de Bordeaux Saint-Michel.

Laisser un commentaire